AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [fiction] Un amour que rien ne peux arrêter~
par wookie-♥ Mer 10 Avr - 20:22

» Ohayô Mina-san !
par ¤Iku-Chan¤ Dim 24 Mar - 18:04

» AsphyXia se présente.
par AsphyXia Dim 8 Juil - 13:08

» Coucou, c'est Moi :)
par GDpomme_forever Mer 18 Avr - 17:15

» Fait l'amour mais pas la guerre.
par saranghea Sam 12 Nov - 2:44

» Alee, The Comeback ! ☆
par wookie-♥ Mer 14 Sep - 17:45

» Hello Hello
par Julou Mer 14 Sep - 17:44

» A quoi ressemble une journée de l'équipe aérienne MBLAQ ?
par wookie-♥ Lun 5 Sep - 14:29

» Suis - je fou ?
par wookie-♥ Lun 5 Sep - 14:14

» Une rencontre des plus étranges...
par cecillle Lun 5 Sep - 13:50


Partagez | 
 

 Nothing Last Forever.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lanamie
Timide
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 13/02/2011
Age : 22
Localisation : Paris
Humeur : chocolat chaud & Marshmallow

MessageSujet: Nothing Last Forever.   Lun 7 Mar - 23:56

Titre : Nothing Last Forever.
Auteur : Lanamie
Pairing : Ha Neul/Tae Min.
Genre : Romance (vraiment trèèèèèèèèès à l'eau de rose, donc pour ceux qui n'aiment pas, s'abstenir !).
Crédits : Tae Min ne m'appartient pas (malheureusement), mais Ha Neul est un perso que j'ai inventé. Elle me ressemble, d'ailleurs...
Note de l'Auteur : J'ai caché des paroles de chansons traduites en français, à vous de les retrouver ! (je m'adresse en particulier aux VIP et aux Shawol !). Oh, et aussi, j'ai écris cet OS pendant ma période de déprime, et il était vers 2, 3 heures du matin, donc si vous voyez des choses bizarres dedans, c'est normal, XD.
Et désolée, je sais que c'est long, pour un OS, mais bon...

Prologue :
-Je suis désolé, Ha Neul.
Ces paroles, je les attendais depuis maintenant quatre ans. Quatre ans, qui étaient passés
si vite ! Quatre ans, durant lesquels j'avais vécu avec crainte, tristesse, et...Impatience ?
Ce devait être cela. J'étais impatiente de voir ce jour arriver, pour pouvoir tout laisser
en plan, pouvoir partir sans me soucier de rien, ni de personne. C'était égoïste, mais bon...
C'était ce que toute personne aurait pensé à ma place, non ?
Pendant ces quatre ans, j'avais continué à vivre comme une adolescente normale: j'allais en cours, faisais
du shopping, jouais du piano,j'avais même un petit job... Seulement, j'avais beau toujours sourire, je
n'étais pas heureuse pour autant.
Pour une personne qui me croiserait dans la rue, j'avais une vie de rêve: des parents riches, j'allais
à bonne école, avais de très bons résultats scolaire et sans vouloir me vanter, était considérée comme jolie
(selon les critères de beauté coréenne).
Autrefois, je me disais souvent que c'était injuste que j'ai une vie si belle pendant que d'autres adolescent
de mon âge travaillaient dur pour à peine quelques cents, dans les pays pauvres. Je participais à des oeuvres
de charité, et essayais d'aider au mieux les autres, car je m'en voulais d'avoir autant de choses pour moi toute
seule. Je savais bien que ma vie était trop belle pour durer...
J'en ai eu la preuve un beau jour (ou plutôt devrai-je dire un sale jour). On me l'avait annonçé comme ça, d'un coup, sans aucun tact. Depuis, je vivais sans rêves, sans espoirs. Après tout, que pouvais-je faire de rêves que je ne pourrais jamais réaliser ? Je me contentais d'attendre le jour ou je serais enfin débarrassée de tout cela.
En même temps, j'avais peur. Je m'étais crée une carapace. Je me détachais lâchement de mes amis et ne parlait plus à personne. J'avais peur de trop m'attacher à des gens et de souffrir.
Je n'aurais jamais du le rencontrer, jamais du lui parler.
Dans une vie, on commet tous des erreurs. Elles nous font apprendre et changer. Elles nous font devenir adultes. Mais la plus grosse erreur que j'ai pu commettre dans ma très courte existance, ce fut de l'aimer...
______________________________________________________________________________________

Bip.Bip.Bip.
-Dire qu'elle a seulement 15 ans!
Bip.Bip.Bip.
- La vie peut-être tellement injuste!
Au mot injuste, j'ouvris les yeux. Geste que je regrettai aussitôt quand la lumière éblouissante de ma chambre d'hôpital m'aveugla.
- Non, dis-je posément en essayant de me redresser sur mon lit.
-Omo, vous êtes réveillée mademoiselle! s'exclama une des deux infirmières qui s'occupaient de moi tandis que la seconde tripotait nerveusement le bas de sa blouse, gênée que j'ai surpris se discussion.
- Non, répétai-je, en quoi serait-ce plus injuste pour moi, qui ai 15 ans, que pour une personne de...Je sais pas, 47 ans ?
Devant les deux femmes ébahies, je me levais et sortis de ma chambre. Dans les couloirs, tout le monde me regardait, et pour cause: j'étais décoiffée, en chemise de nuit et pieds nus. Les portes coulissantes de l'hôpital s'ouvrirent sur moi, et aussitôt, les bruits de Séoul m'envahirent. Je cherchai la voiture de mes parents, et mon regard se posa sur une berline noire. La porte s'ouvrit et ma mère me tira à l'intérieur du véhicule.
- Mais que fais-tu ? Pourquoi ne t'es-tu pas changée ? s'exclama-t-elle en fixant ma chemise de nuit d'un air épouvanté.
- Je n'en avais pas envie, répondis-je avant d'attraper mon ipod déposé sur le siège à côté, et d'enfoncer les écouteurs
dans mes oreilles. Mes parents, assis à l'avant de la voiture, se regardèrent d'un air désolé avant que mon père ne démarre. Je n'avais jamais vraiment été proche de mes parents. Etant fille unique, j'étais très indépendante, et je détestais que d'autres s'inquiètent pour moi. J'appuyai sur le bouton "play" de mon baladeur, et la musique m'envahit. C'était vraiment étrange. Je ne ressentais absolument rien à part du vide. Et ce, depuis 2 ans déjà. Depuis que j'avais su la fin qui m'attendait...Je venais de rompre tous liens avec mes amis. Ils ne comprenaient pas. Pas du tout, même. Mais bon, c'était un peu comme une épilation à la cire, il fallait agir vite fait bien fait. Cela ferait très mal dans un premier temps, mais ensuite, tout ira bien !
Omma disait souvent que l'amour arrivait comme un accident de voiture. Comparaison puérile, n'est-ce pas ? Et pourtant... C'est exactement ce qui c'était passé.
Comment aurai-je pu deviner à ce moment-là qu'il allait faire irruption dans ma vie? Rien, ni personne n'aurait pu prévoir notre rencontre. Et pourtant, il arriva. Assez bruyamment, d'ailleurs. Il avait klaxonné très fort, ce qui m'avait tiré de mes pensées. Mon père avait freiné brusquement. L'autre conducteur était sorti de sa voiture de sport et s'était incliné plusieurs fois en s'excusant, malgré le fait que mon père le traitait de tous les noms.
- Appa ! criai-je en sortant du véhicule. Je tirai mon père dans notre voiture avant de présenter mes plates excuses au garçon, qui devait avoir à peine deux ans de plus que moi. Il hésita avant de me faire un grand sourire. Je ne lui accordai pas l'honneur d'un second regard, et rentrai dans la voiture. Mon père redémarra, vu que nous bloquions quelque peu la circulation. Le lendemain, ce serait la rentrée...Encore une journée chargée, en perspectives !

Quand j'y repensais, tout étais de sa faute. Si j'avais découvert ma passion pour la danse, c'était à cause de lui ! Si ce jour-là je ne l'avais pas surpris en train de répéter alors que je m'étais perdue dans le bâtiment E , rien de tout cela ne serait arrivé. Car oui, avec mon grand sens de l'orientation, je m'étais perdue dans mon propre lycée. Mais j'avais une excuse, cette Ecole d'Arts était si grande qu'aller aux toilettes et revenir sain et sauf relevait de l'exploit ! Je cherchais toujours comment rejoindre le bâtiment C pour pouvoir sortir et rentrer chez moi , quand j'entendis de la musique résonner. Mais qui était assez idiot pour rester à l'école après les cours ? Je vis de la lumière traverser le bas d'une porte, que j'entrouvris légèrement. La pièce était à moitié plongée dans le noir. Un garçon bougeait au rythme de la musique, sans jamais s'arrêter. Il bougeait,
il n'avait l'air de suivre aucune règle, se contentant juste de bouger son corps comme si...Comme s'il n'y avait aucune limite. J'étais captivée par ce spectacle si attrayant. Pour la première fois depuis longtemps, je ressentais...De l'envie. Oui, j'enviais ce jeune homme pour danser aussi bien. Je ne le connaissais pas, je ne l'avais vu qu'une fois et pourtant, je me retrouvais à l'envier, moi qui n'avais jamais envié personne. Je fixai son visage. Oh non, ce n'était pas possible ! Pourquoi ? Pourquoi lui ? Devant moi se tenait le jeune homme que j'avais rencontré la veille... Aigoo, de toutes les écoles d'Arts du pays, pourquoi avait-il fallu qu'il soit dans celle-ci ? Je soupirai. Ce devait être ce qu'on appelait le "destin".
J'étais donc repartie, avec un nouveau but. Je m'étais inscrite dans la section danse. Bien entendu, je faisais tout pour ne pas croiser ce garçon encore une fois. Heureusement, il était mon sunbae, et nous ne pouvions en aucun cas être dans la même classe, son niveau étant supérieur au mien. Mon objectif était de le battre. Parfois, je l'espionnais alors qu'il dansait, juste pour voir comment il fonctionnait... J'avais appris qu'il s'appelait Tae Min.
En trois mois, j'étais devenue la meilleure de mon niveau. Les Dance-battle étaient assez courants, il y en avait quasiment un par semaine... C'était l'idéal pour moi. Mes parents ne savaient même pas que j'avais changé de section, passant de la section chant à la section danse... Je ne leur avais pas dit. Mais bon, en même temps, ce n'était pas comme s'ils m'avaient demandé quoi que ce soit..S'ils l'avaient fait, je leur aurais dit... Tous les soirs, j'allais m'entrainer sur le toit d'un vieil immeuble. Cet endroit était tranquille et on avait une magnifique vue sur la ville de Séoul.

J'allumai la musique et commençai à m'entrainer. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser à cette nouvelle élève de première année, dont tout le monde parlait ces derniers temps. Dansait-elle si bien que cela ? J'aurai aimé voir qui elle était, voire même l'affronter lors d'un Battle ! Je jetai un coup d'oeil vers ma montre. Il était 19:12, et je mourrai de faim. Je décidai donc d'aller dans la pizzeria du
coin. Qui aurait cru que je reverrais cette fille ? Et en plus dans cet endroit ? Ce jour-là, j'appris qu'elle travaillait dans cette pizzéria, et j'appris aussi de son patron que c'est elle qui avait insisté pour avoir ce job. Ses parents ne comprenaient pas pourquoi elle s'obstinait à faire cela vu qu'ils ne manquaient pas d'argent. Quand elle m'avait vu, elle avait fait comme si elle ne me connaissait pas, et avait pris ma commande. Alors que j'essayai tant bien que mal de finir ma pizza quatre fromages, je la vis prendre son manteau et sortir tandis qu'une autre jeune fille entrait dans le restaurant avant de revêtir le tablier de la maison. Son service était fini. Je m'empressai de payer mon repas, puis attrapai la part restante de ma pizza avant de sortir à mon tour. Si je n'avais pas suivi cette fille, je n'aurais jamais compris que la danseuse de première année et elle étaient la même personne...Elle s'entrainait sur le toit d'un immeuble dans un quartier mal famé. J'imaginais la tête que ferait son père s'il la voyait ici, et je ricanai. Je l'avais regardée comme ça quelques temps, puis un soir, j'avais décidé de me montrer. J'avais bien cru qu'elle allait me frapper quand elle a compris que je l'espionnais depuis plusieurs jours ! Heureusement, après un entrainement, on était toujours fatigué, et elle n'avait plus de force pour me frapper.
- Cela te dirait, un Battle ? proposai-je. Elle leva de grands yeux étonnés et me regarda un instant, l'air de se demander si je ne me moquais pas d'elle. Néanmoins, devant mon air très sérieux, elle hésita un peu avant d'accepter. Nous avions décidé que le Battle aurait lieu dans 1 mois,le temps qu'on se perfectionne tous les deux et qu'on puisse inventer chacun nos deux chorégraphies. Je crois bien que cette histoire de
Battle nous avait rapprochés. J'avais pu lui parler plus, et j'avais appris quelques petites choses à propos d'elle. Comme par exemple que ses yeux s'éclaircissaient lorsqu'elle était fatiguée, qu'elle aimait les roses blanches, qu'elle jouait du piano... Parfois, nous sortions tous les deux pour voir des Battles. Dans ces moments-là, les gens nous regardaient bizarrement, dans la rue. Nous formions effectivement un couple assez
insolite. Le contraste était étonnant, entre elle, hautaine, distante, habillée de couleurs pastelles avec ses robes rose pale, ses chaussures blanches à talons, et moi, chaleureux, souriant, habillé de couleurs vives avec mes slims bleu ciel, mes Doc Martens noires...Nous ne passions pas inaperçu, ce qui me faisait beaucoup rire. La plupart du temps, c'était moi qui proposait les sorties, sous prétexte que "ça nous aiderait à nous améliorer".
Le pire, c'était que cela marchait. Elle était tellement passionnée par la danse, qu'elle ne se rendait même pas compte qu'elle se faisait avoir à chaque fois. Parfois, elle s'absentait pour un ou deux jours, sans jamais me dire où elle allait...Elle ne souriait jamais. Mais vraiment jamais ! J'avais eu l'occasion de revoir ses parents (son père fut ravi de voir que sa fille fréquentait des "voyous" comme moi), et j'avais appris que même eux ne la voyaient jamais sourire. Et pourtant, je fus celui qui la fit rire...
Nous étions dans un café américain, nous venions de voir un énième battle, et je lui avais proposé une glace...

Tae Min était vraiment naïf. Presque bête. Il souriait toujours. D'accord, il aimait la vie, on l'avait tous compris, il n'avait pas besoin de le montrer tout le temps ! Il essayait toujours de faire rire la galerie, ce que je trouvais idiot. On allait voir des battles ensembles, ce qui était assez agréable. C'était toujours intéressant de voir comment d'autres fonctionnaient. Il m'avait emmenée dans un café américain, et avait commandé deux banana splits. Je l'observai. Il était tellement innocent. Vous voyez, il était le type de personne qui croyait que la vie était comme dans un conte de fée, et que la fin était toujours heureuse. Il avait beau être plus âgé que moi de deux ans, (c'est-à-dire qu'il avait 17 ans), il avait bien moins d'expérience que moi, dans la vie. Parfois, j'avais envie de le secouer et de lui dire la vérité, lui dire que c'était seulement dans les films que les gentils triomphaient, et qu'à la fin les héros avaient plein d'enfants et vivaient heureux. Mais à chaque fois, je le voyais sourire, et je n'y parvenais pas. Ce serait comme arracher sa sucette à un enfant. Lui balancer la vérité à la figure, ce serait comme lui arracher toutes ses illusions, lui enlever son innocence...
Il continuait de me sourire, et me parlait du chat de sa grand-mère, alors que je m'en fichais complètement.
Un petit bruit se fit entendre, pour nous prévenir que notre commande était prête.
- Quel était ce bruit ? fit-il.
- Ce bruit indique que si on ne prend pas notre commande assez vite, elle explosera.
Oui, j'étais vraiment sadique, mais bon, je ne pensais pas qu'il allait me croire !
- Oh ? Dépêchons-nous de la prendre, alors !
Je le fixai avec de grands yeux. Bon sang, mais est-ce qu'il sortait d'un pays très pauvre et très perdu où ce genre de chose n'existaient pas ?
Mais non, la Corée du sud était la 13ème puissance mondiale, et était loin d'être un pays pauvre !
Je me tournai vers lui. Il fixait avec angoisse notre plateau à l'autre bout de la salle et semblait prêt à sauter dessus avant que ça n'explose.J'éclatai de rire. Je riais tellement que j'en pleurais.

Je n'avais pas tout de suite compris que je l'avais fait rire. Je voyais juste qu'elle se moquait ouvertement de moi. Puis mon cerveau avait fait le
lien, et je fus très fier de moi, pour le coup. Même si je n'avais pas bien compris pourquoi je la faisais rire. Quoiqu'il en soit, depuis, ce jour, elle souriait parfois. Assez rarement, mais c'était mieux qu'avant.
On s'entrainait toujours sur le toit, le soir, et de jour en jour, on devenait de plus en plus proche, même si elle restait distante.
Le Battle approchait à toute vitesse et je commençais à me demander si après cela, sans les entrainements, on deviendrait moins proches...
Un jour que j'étais passé chez elle pour la prendre et l'accompagner à un Battle, son père m'avait pris à part.
- Ecoutes-moi bien, mon garçon. Si j'attends encore, vous allez souffrir tous les deux, il vaut mieux que je te le dise maintenant.
- Euh..Mais de quoi parlez-vous ?
- Ha Neul...est atteinte d'une maladie mortelle, c'est pour cela qu'elle s'absente quelques jours, parfois. C'est pour aller faire des testes. Il
vaut mieux pour tous les deux que vous vous...éloigniez un peu...
Je regardai son père d'un air ébahi. Il se moquait de moi, n'est-ce pas ? Il disait cela parce qu'il n'approuvait pas que je sois un
ami de sa fille...N'est-ce pas ? Je le fixai toujours, l'air perdu. Il me donna une tapette dans le dos et me lança un regard encourageant. C'était vrai...Son histoire correspondait parfaitement. Ha Neul s'absentait parfois, elle n'avait pas d'amis, et la première fois qu'on s'était vu, elle portait les mêmes chemises de nuit que dans les hôpitaux... J'avais été voir ce Battle avec elle, mais elle voyait bien que j'étais bizarre.
Sur le chemin du retour, j'avais exigé des explications. Elle s'était contentée de confirmer tout ça. Je l'avais donc laissée rentrer chez elle et j'étais reparti.
J'étais comme détruit. Elle allait devoir me quitter ? Je ne parvenais pas à réaliser. J'espérai que c'était un cauchemar et que le lendemain, lorsque je me réveillerai, tout serait normal. Malheureusement, ce n'était pas possible. Elle allait me quitter... J'allais faire en sorte qu'elle vive heureuse jusqu'à son départ. Je fis de mon mieux pour ne pas laisser couler mes larmes. Elle ne devait pas voir le Tae Min triste, mais le Tae Min souriant, qu'elle avait toujours connu. Je ne lui avais plus jamais parlé de sa maladie à part pour lui faire promettre qu'elle me dirait, quand elle devra s'en aller. Elle avait promis, j'étais content.

Chaque jour, il essayait de me faire sourire. Nous sortions de plus en plus souvent, et je m'amusais beaucoup. Surtout au parc d'attraction ! A son grand malheur, j'aimais énormément les montagnes russes, du coup, il était obligé de m'accompagner. On faisait parfois les boutiques
ensembles. Quand je lui demandai de choisir entre deux robes, il me disait que les deux m'allaient, et je le traitais de babo, ce qui le faisait plus rire qu'autre chose. On s'amusait à essayer des accessoires, je lui mettais des barrettes dans sa tignasse caramel, tandis qu'il essayait de me fixer une fausse moustache.Le Battle avait eu lieu, et il avait gagné. Mais en même temps, il était plus expérimenté que moi, et on m'avait beaucoup complimenté sur les chorégraphies que j'avais inventées. J'étais heureuse, vraiment heureuse. Tae Min aussi, d'ailleurs. Il insistait pour prendre des photos et immortaliser ces moments. J'étais un peu réticente. A vrai dire, j'aurai préféré qu'il m'oublie et qu'il vive sa vie...
Il m'avait fait promettre de le prévenir, quand le jour de mon départ serait annoncé. J'avais promis. Mais il n'aurait pas dû me croire...Je ne tenais jamais mes promesses.

- Allô ?
- Je suis désolé, Ha Neul.
Ces paroles, je les attendais depuis maintenant quatre ans. Quatre ans, qui étaient passés
si vite ! Quatre ans, durant lesquels j'avais vécu avec crainte, tristesse, et...Impatience ?
Ce devait être cela. J'étais impatiente de voir ce jour arriver, pour pouvoir tout laisser
en plan, pouvoir partir sans me soucier de rien, ni de personne. Enfin c'est ce que je pensais avant de l'avoir rencontré.Je le haïssais. Je haïssais le jour où on s'était rencontré, je me haïssais, pour l'avoir aimé et pour le faire souffrir...
- Bien, je serais là, dis-je dans un souffle avant de raccrocher au nez de mon médecin.
Pardonne-moi. Je m'en voulais, mais je ne pourrai jamais partir tranquillement si tu es là. Le feu chaud de l'égoïsme me tourmentais. Je ne pouvais pas te dire que c'était pour demain. Ne m'en veux pas, je voulais seulement atténuer ta souffrance.

Mon téléphone sonna. C'était son père. Je souris en pensant au vieux bonhomme. Mais mon sourire s'effaça aussitôt.Pourquoi ? Pourquoi m'avait-elle mentit ? Pourquoi ne m'avait-elle pas dis que c'était pour aujourd'hui ? Mes larmes coulèrent, tandis que je courais vers l'hôpital. Le vent soufflait, et il pleuvait, comme pour peaufiner ce scénario dramatique. Je ne regardais pas où je mettais les pieds, me contentant de courir, encore et toujours vers cet hôpital. Les voitures klaxonnaient, mais je n'entendais rien. Comment pouvais-tu me faire ça ? Tu m'avais promis ! Ne tenais-tu jamais tes promesses ? Une fois arrivé, j'ouvris violemment la porte de sa chambre. Elle était là, dans cette pièce blanche, dans ce lit blanc, avec sa chemise de nuit blanche. Elle ouvrit de grand yeux en me voyant. Elle commença à pleurer aussi. Où étais passée la fille fière et froide que j'avais connu ? Je m'agenouillai près de son lit, et lui prit sa main. Elle ne dit rien, se contentant de serrer ma main de plus en plus fort. Une infirmière entra, c'était le moment. On m'autorisa à rester.
Bip. Bip. Bip.
Amie essuie tes larmes, je penses que tu es plus jolie quand tu souris. Ne regarde pas derrière toi, et pars...
Bip. Bip. Bip...


Pourquoi était-il venu ? Je m'étais promis de ne pas pleurer, mais voilà, quand je l'avais vu, je n'avais pas pu m'en empêcher.Je savais depuis le début que je n'aurais pas dû me laisser avoir. Mais l'amour est comme une prison, une fois capturé, on ne peut pas s'échapper. Je m'en voulais, vraiment. Désolée, de ne pas pouvoir te rendre heureux plus longtemps.Je me forçai à sourire. Il était penché sur moi et ses larmes coulaient pour atterrir sur mon visage. Il sourit à son tour. Merci, pour tout ce que tu avais fait pour moi jusqu'à maintenant. Merci pour m'avoir fais sourire, merci, car grâce à toi, j'avais eu un but dans ma vie. Je n'avais certe pas eu le temps de l'atteindre entièrement, mais au moins je savais ce que cela faisait, d'avoir un rêve, maintenant. Merci, aussi, de m'avoir fais connaître l'amour. Merci pour tout.
Bip. bip. Bip.
Il se pencha pour me donner mon premier et dernier baiser.
Bip. Bip. Biiiip...

L'air frais me fouettais le visage. Le clair de lune colorais la longue nuit. Des milliers d'étoiles brillaient,
dans le noir, mais la plus brillante à mes yeux n'était pas là. Te réjouissais-tu de m'avoir laissé ? Tu étais si loin...Est-ce que tout s'était obscurcit? Les bons moments passés avec toi à danser, quand tu t'énervais parce que j'étais meilleur que toi, quand je te montrais comment faire un pas de popping, quand tu me déclarais qu'un jour tu me surpasserai,quand tu me lançais un de tes sourires... C'était si habituel, cela faisait partie de notre vie, de notre quotidien. Mais maintenant que tu n'étais plus là, ces choses si simples m'apparaissaient comme de vrais trésors. Finalement je réalisai que je n'étais rien sans toi.Je regardai la ville de Séoul qui s'étendait à mes pieds. Ta situation me faisait pleurer, je ne pensais pas être capable de vivre un jour de plus sans toi. La vie est drôle, c'est un jeu délicat avec le feu. Jeux et obstacles sont les restrictions de la vie. Le vent soufflait de plus en plus fort. Je fis un pas en avant, deux pas, trois pas...

KBS Radio:
"Un jeune homme de 17 ans a trouvé la mort la nuit dernière en sautant du septième étage d'un immeuble. Personne ne sait comment il est parvenu à monter sur le toit du bâtiment, donc l'accès est interdite. Après avoir interrogé un gardien, nous apprenons que le jeune homme venait souvent dans les parages en compagnie d'une jeune fille récemment décédée de la leucémie. La police privilégie la thèse du suicide."



Dernière édition par Lanamie le Mer 9 Mar - 2:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michi
Grand Orateur
avatar

Messages : 1640
Date d'inscription : 30/11/2010
Age : 24
Localisation : dans le ciel de Tokyo
Humeur : je plane tout le temps

MessageSujet: Re: Nothing Last Forever.   Mar 8 Mar - 20:44

alors là .... franchement .... tu me bluff, Lana. je suis limite en train de pleurer. c'est vraiment .... émouvant, et trop triste. j'ai adoré lire ton OS, qui est presque trop bien écrit. pas trop de fautes, des émotions, de la tristesse, franchement, je suis émue.

merci d'avoir écrit !! TT__TT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wookie-♥
Bavard
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 23
Humeur : maladive..

MessageSujet: Re: Nothing Last Forever.   Mar 8 Mar - 21:21

21 c'est trop beau, trop mignon, très émouvant, j'ai adoré, c'est vraiment....je sais pas quoi dire de plus, continu comme ça en tout cas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zina221294.skyrock.com/
Lanamie
Timide
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 13/02/2011
Age : 22
Localisation : Paris
Humeur : chocolat chaud & Marshmallow

MessageSujet: Re: Nothing Last Forever.   Mer 9 Mar - 2:01

Oh merci, ça me touche beaucoup!!
Quand j'étais en train d'écrire, je ressentais vraiment beaucoup de choses différentes, puis le lendemain, quand je me suis relue, je ressentais...Rien, XD.
Du coup j'étais inquiète, et je me demandais si c'était pas un peu nul, comme OS, finalement.
Mais ça me rassure un peu, ce que vous dites! Merci !! n_n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyah
Bavard
avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 27/01/2011
Age : 22
Localisation : avec Myung Soo ! 8D

MessageSujet: Re: Nothing Last Forever.   Mer 9 Mar - 16:15

Lanamie, tu m'as fait pleurée ! J'aurais pas l'air bête en arrivant chez le dentiste maintenant. Mais franchement, j'adore de trop l'histoire, elle est touchante. Je m'incline devant toi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lanamie
Timide
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 13/02/2011
Age : 22
Localisation : Paris
Humeur : chocolat chaud & Marshmallow

MessageSujet: Re: Nothing Last Forever.   Mer 9 Mar - 20:10

Omo pleurer Oo J'aurais jamais cru que mes écrits pouvaient faire pleurer, XD.
Mais enfin, je suis contente ! Oui, c'est bizarre d'être content d'avoir fait pleurer quelqu'un mais bon...MDR.
Je suis contente que ça t'ai plu, en tous cas !!! *O*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyah
Bavard
avatar

Messages : 403
Date d'inscription : 27/01/2011
Age : 22
Localisation : avec Myung Soo ! 8D

MessageSujet: Re: Nothing Last Forever.   Mer 9 Mar - 20:46

De rien ! ;D
J'attends de voir tes autres écrit. =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nothing Last Forever.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nothing Last Forever.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hobby Forever
» Avengers Forever
» SUPERMAN FOREVER #1 Statue
» trackmania forever
» SUPERMAN FOREVER #1 MINI STATUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: J'écris, donc je suis. :: One Shot-
Sauter vers: